MALAKOFF PLURIELLE

Échos du Conseil Communautaire Sud de Seine du 18 décembre 2014

logo

Le Conseil Communautaire était principalement centré sur le débat d’orientation budgétaire 2015 pour cette dernière année de l’Agglomération Sud de Seine, dans un contexte de réduction des ressources : budget contraint pour préparer la mise en place de la nouvelle agglomération dont le périmètre exact (forcément élargi) ne nous est pas encore connu.

L’impact du Projet de Loi de Finances et le choix de ne pas augmenter les ressources fiscales de l’Agglomération aboutissent à un déficit structurel de fonctionnement de 4 millions d’euros. Dans ce contexte, Sud de Seine s’est fixé comme objectif de réaliser 10 % d’économies sur le budget des services, mais à ce jour cet objectif n’a pu être atteint. De nouvelles sources d’économies sont donc recherchées et débattues.

Les débats ont donc été riches, instructifs et souvent houleux (fin de la séance à 23h00 !).

En attendant la mise en ligne de l’intégralité des échanges sur le site de l’Agglomération, retenons quelques leçons de ces derniers.

D’une part, il est regrettable de constater que l’approche politicienne prime souvent sur les considérations d’intérêt général du citoyen de l’Agglomération : beaucoup de temps consacré à relayer des positions nationales en lien avec la réduction des subventions de l’État (PCF & FG) et les choix nécessaires à réaliser en local (PS, EELV, UMP-Centre), et des débats stériles sur fond de règlement de compte sur les dettes héritées de la mandature précédente ou les choix insuffisamment justifiés (duel PS-Droite), sans compter les « hors sujets » qui concernent des sujets devant être débattus en Conseil Municipal et non au Conseil de l’Agglomération (Clamart).

Tout de même, des questions de fond, voire existentielles, ont pu être abordées sur les finalités de l’agglomération, comme « à quoi sert la mutualisation de certains services ? ». Nombreux sont intervenus sur l’intérêt d’une prise en charge des questions environnementales à l’échelle de l’Agglomération (EELV, PS, Groupe Associatif et Citoyen), avec une perception différente entre les deux élus du Groupe Associatif et Citoyen, d’accord sur le fond mais pas sur la forme : Michel Faye a mis en cause la structure de notre Agglomération qu’il juge notamment trop lourde et génératrice de dépenses supplémentaires, tandis que j’ai défendu le principe d’une structure de concertation pour gérer la globalité des services mutualisés.

Mais c’est in fine sur les choix d’économies que les débats ont été les plus intéressants même si on peut regretter qu’ils n’aient pas été au centre de tous les échanges. Pour ma part, j’ai défendu l’idée qu’il fallait éviter toute approche mécaniste visant à rogner de manière plus ou moins égale sur tous les postes de fonctionnement. En particulier, je me suis attachée, au nom du Groupe Associatif et Citoyen, à souligner l’importance de préserver le secteur de l’environnement, en regrettant la suppression de la subvention du vélo électrique, parce que celui-ci est porteur d’enjeux importants (santé, emploi) et qu’il représente à terme des sources importantes d’économies (énergie, transport notamment).

Actuellement, le Bureau de l’Agglomération va poursuivre son travail pour être à même de préciser ultérieurement ses choix en matière d’économies pour ce dernier budget de Sud de Seine. Nous attendons donc ces éléments avec impatience !

Emmanuelle Jannès
Conseillère Communautaire
Présidente du Groupe Associatif et Citoyen

Post Navigation

%d blogueurs aiment cette page :