MALAKOFF PLURIELLE

UN JOUR, UN ENGAGEMENT #11 : POUR DES FINANCES COMMUNALES ASSAINIES

POUR DES FINANCES ASSAINIES

Pour parler des finances de notre ville il faut la considérer dans son contexte.

Depuis environ 7 ans, l’Europe est confrontée à des soubresauts économiques qui font que les états ont été contraints, plus ou moins selon leur situation particulière, à mettre en place des politiques économiques de plus en plus rigoureuses où le recours à l’emprunt n’a plus la même place.

Ce changement n’a pas épargné notre pays la France et par voie de conséquence l’État, les régions, les départements, et bien entendu les communes ont dû changer d’attitude.

La bonne gestion conduit à viser des budgets en équilibre et avec pour objectif la réduction des déficits et une politique de désendettement.

Notre commune, prisonnière de concepts dépassés et agissant comme si nous étions un îlot de prospérité isolé, continue à viser un budget en constante progression.

Pourtant, les dotations de l’État sont en baisse sensible. Du côté des rentrées, taxes, et impôts divers, du fait de périodes alternant entre récession et croissance faible, les rentrées venants des entreprises suivent cette baisse. Et enfin du côté des habitants, l’accroissement du chômage ne favorise pas non plus les rentrées.

La course poursuite de l’équipe municipale sortante pour maintenir un accroissement du budget a contraint depuis 5 ans à un recours soutenu à l’emprunt. Au passage, comme pour un ménage le recours à l’emprunt s’il est bien perçu et bénéfique économiquement en ce qui concerne l’investissement (accès à la propriété), il a des effets pernicieux quand il s’agit de renflouer les caisses en finançant le fonctionnement.

En 2013, la Ville a encore emprunté 2 millions d’euros et au budget 2014 un emprunt de 2,4 millions a été voté pour équilibrer les finances de la Ville donc le fonctionnement, alors qu’elle avait déclaré s’engager dans une politique de désendettement.

Outre que l’endettement par habitant s’accroit, le poids du remboursement de la dette vient diminuer notre capacité d’autofinancement.

Que faire dans cette situation pour 2014 ? Le budget étant voté, après un audit des comptes de la communes, Malakoff Plurielle initiera une nouvelle politique qui vise, d’une part à rationaliser nos dépenses, et d’autre part à mettre en place une politique volontariste favorisant l’implantation de nouvelles entreprises et de commerces (permettant ainsi de dynamiser le centre ville) apportant ainsi de nouvelles ressources pour la Ville.

Après cette première année, il faudra donner à notre politique d’assainissement des finances de la Ville sa pleine place en adoptant pour 2015 un budget en rupture avec la politique actuelle de l’équipe sortante tout en sauvegardant l’aspect social des structures existantes.

Alors notre ville retrouvera sa place dans le concert général des communes mieux gérées.

Laisser un commentaire

Post Navigation

%d blogueurs aiment cette page :