UN JOUR, UN SOUTIEN #1 : JEAN-EMMANUEL PAILLON

Jean-Emmanuel Paillon
Jean-Emmanuel Paillon

Pourquoi je soutiens Malakoff Plurielle

La censure dont j’ai été victime et pour laquelle la commune a été enjointe par le tribunal administratif de publier, dans le dernier numéro du Malakoff Infos (novembre 2013), la fameuse tribune interdite (à tort) portait sur un appel à rejoindre un collectif pour une autre gestion de la ville. Il s’agit d’un cas si exceptionnel de condamnation qu’il fera sans doute jurisprudence.

Mais surtout, cette interdiction de publication en dit long sur la façon dont la commune refuse le débat d’idées. Est-ce qu’un appel au renouvellement de l’équipe politique locale, au pouvoir depuis bientôt 90 ans, méritait une telle opprobre ?

J’en doute, et cela ne donne que plus de force à la nécessité d’une alternance démocratique lors des élections municipales de mars prochain. Dès lors, le soutien que je souhaite apporter à Malakoff Plurielle revêt une triple signification à mes yeux.

Tout d’abord, il ne s’agit pas de faire table rase de ce que Malakoff a de meilleur, une ville solidaire et attachante. Mais il y a le fond et la forme. Ce que porte Malakoff Plurielle est de garder une partie de ce meilleur en améliorant sa gestion et en s’ouvrant plus sur l’extérieur. Par contre, sur la forme, il faut un changement radical de la gouvernance et oublier sans regret l’absence de débat et de transparence. A cet égard, et comme un exemple parmi d’autres, je m’étonne encore que le conseiller municipal que je suis n’ait jamais eu communication du nombre précis d’agents communaux.

Ensuite, je suis un centriste d’ouverture, et je choisis de rejoindre des femmes et des hommes de gauche, à la fibre écologique forte. Pour expérimenter de nouveaux projets, par exemple pour plus de développement durable et d’attractivité économique, sans dogmatisme. A l’inverse, comment la commune peut-elle décider d’inscrire dans le futur PLU, à 4 mois des élections, l’objectif de construire 1000 logements sociaux supplémentaires, sans se soucier davantage d’améliorer le niveau de vie des habitants en favorisant la création d’emplois ?

Enfin, il nous faut donner sa chance à une nouvelle alliance, non pas celle reconductible que conduira la liste commune PC PS dès le premier tour. Malakoff a besoin d’une nouvelle alternative pour faire face aux défis qui l’attendent et cela dans tous les domaines, budgétaires, environnementaux, urbains, économiques et sociaux.

Jean-Emmanuel Paillon
Conseiller municipal

Tribune publiée dans Malakoff Infos sous le titre « pour une autre gestion de Malakoff »

Laisser un commentaire