MALAKOFF PLURIELLE

Conseil Municipal extraordinaire du 16 juin 2015

CM 2015-06-16

Suite à la démission de Catherine Margaté de son poste de Maire de Malakoff, un Conseil Municipal extraordinaire a été organisé le 16 juin 2015 pour élire le nouveau Maire. Ce Conseil Municipal s’est exceptionnellement déroulé à la Salle des Fêtes. La Municipalité avait invité, pour l’occasion, le gratin du communisme français puisque Marie-George Buffet, ancienne ministre et ancienne secrétaire nationale du PCF, et Pierre Laurent, actuel secrétaire national du PCF, étaient présents.

Catherine Margaté a entamé la séance en expliquant les raisons de sa démission, liées à ses problèmes de santé.

Au nom du groupe et de l’association Malakoff Plurielle, Fabien Chébaut est intervenu pour dire quelques mots sur Catherine Margaté.

Madame le Maire,

Nous imaginons sans peine la difficulté que vous avez eue à prendre votre décision de quitter votre place de Maire de Malakoff. Nous savons que vos soucis de santé ont été primordiaux dans ce choix.

Nous vous souhaitons naturellement de profiter de votre famille et de ceux qui vous sont chers.

Nous tenons à saluer votre capacité à mobiliser les femmes et les hommes et à rester proche des citoyens au-delà des convictions politiques de chacun. Vous faîtes partie des trop rares femmes à la tête de collectivités, dans un univers politicien où les hommes dominent, et avez su vous imposer avec fermeté, conviction et conciliation.

Nous vous savons gré du regard bienveillant que vous avez eu envers votre opposition au Conseil Municipal.

Nous prenons acte de votre décision de quitter votre place de Maire, aussi tôt dans le mandat municipal.

Nous regrettons évidemment la façon dont cette annonce a été faite.

Enfin, Madame le Maire, pour la dernière fois où je vous apostrophe en tant que Maire, permettez moi de vous appeler Madame La Maire, même si je sais que vous appréciez peu cette formule. Mais la fonction de Maire n’est pas l’exclusivité des hommes et a le droit à son genre féminin.

Madame La Maire, donc, au nom des trois élus Malakoff Plurielle, Emmanuelle Jannès, Frédérique Perrotte, et moi-même, et au nom d’Emmanuel Gasparini, président de l’association Malakoff Plurielle pour les citoyens qui font partie de notre collectif, permettez nous de vous offrir ce jeune ginkgo biloba. Vous le savez Madame La Maire, cet arbre symbolise la résistance puisqu’il fait partie des rares espèces à avoir survécu aux bombardements atomiques d’Hiroshima.

 

Puis, il a été procédé à l’appel des candidatures pour le poste de Maire. Jacqueline Belhomme, Emmanuelle Jannès et Stéphane Tauthui se sont porté candidats. L’élection n’a donné lieu à aucune surprise puisque les groupes PCF-PdG, PS et EELV-Les Verts ont voté comme un seul pour Jacqueline Belhomme, successeuse désignée par Catherine Margaté.

La nouvelle Maire de Malakoff a ensuite prononcé un discours d’investiture dans lequel elle a insisté sur le développement de la démocratie citoyenne, sur la mise en place d’un observatoire de réalisation des engagements municipaux, ou sur la participation des quartiers au budget de la Ville. Elle a également lancé un appel à l’opposition en précisant que majorité et opposition pouvaient se retrouver sur des actions d’intérêt général.

Emmanuelle Jannès s’est ensuite exprimer pour rappeler pourquoi Malakoff Plurielle avait présenté un candidat au poste de Maire et quelles étaient nos attentes pour le mandat de Jacqueline Belhomme.

Forte des 18 % d’électeurs qui ont voté pour Malakoff Plurielle en 2014, je me suis portée candidate aujourd’hui, au nom de ce collectif de citoyens portés par des valeurs de la gauche, de l’écologie et du centre, et libérés de toute approche doctrinaire ou partisane de la politique. Nous nous sommes rassemblés il y a un an autour d’un projet de ville dont nous pensons aujourd’hui qu’il est bien celui qu’il faut mettre en œuvre pour le plus grand bien de tous les habitants. De fait, après une année de participation active de nos trois élus au sein du conseil municipal et des instances municipales ouvertes à l’opposition, nous considérons qu’il est urgent de donner un nouveau souffle à la politique de Malakoff.

En particulier :

• Il est temps de donner la parole à tous les habitants en instaurant de véritables règles de démocratie participative, comme la réalisation d’un budget qui s’appuierait sur une consultation préalable des conseils de quartiers et des milieux associatifs. D’autres villes en France le font, pourquoi pas Malakoff ?

• Il est temps de gérer de façon efficace les finances de la Ville. Le budget 2015 tel que présenté et voté par l’actuelle Majorité manque de vision et de réalisme. Pour faire face aux dépenses, l’équipe en place a décidé d’augmenter brutalement la taxe foncière de 26 %. Nous condamnons le fait que les habitants n’aient été ni concertés ni informés de cette mesure qui va avoir des conséquences importantes sur leur budget et sur des petits commerces, déjà en difficulté. Nous dénonçons également l’absence d’une politique générale d’économies, ainsi que le manque de dynamisme de la majorité pour aller chercher de nouvelles recettes (Bagneux et Fontenay-les-Roses viennent d’être retenus pour un appel d’offre européen dans le cadre de l’Agglomération Sud de Seine, ce qui permet pour l’un de rénover un quartier et pour l’autre de mettre en place des équipements en faveur des jeunes entreprises ; il est dommage que Malakoff n’ait pas candidaté).

• Il est temps de gérer de façon transparente notre ville. Signataire de la charte anti-corruption (Anticor), nous militons pour une information large et régulière de la population sur des choix concertés et orientations municipales. L’enrichissement du site web de la ville s’impose (l’affichage clair des tarifs des prestations, le site dédié à l’OPH sont très attendus par la population).

• Il est fondamental de prendre davantage en compte dans toutes les décisions municipales, l’écologie et le développement durable. Durant un an, notre groupe a fait des propositions concrètes dans ce domaine, notamment dans le cadre de la préparation du PLU, argumentant sur des orientations d’aménagement de notre ville (rond-point Henri Barbusse, rue Avaulée, meilleure prise en compte du handicap). Nous avons également encouragé l’introduction du bio dans la restauration collective. La santé et la qualité de vie des habitants de notre ville est au cœur de nos priorités. Nous souhaitons donc aller plus loin dans ces domaines.

Enfin, il est temps que Malakoff, ville de la petite couronne d’Île de France, soit proactive dans la dynamique régionale du Grand Paris en cours de mise en place, dans un contexte de forte tension sociale. Préserver une mixité sociale, générationnelle et urbaine, désormais fragilisée, est de notre responsabilité collective. Il nous faut réinventer les modalités du vivre ensemble avec un regard neuf, ouvert, tourné vers l’avenir. Nous proposons donc d’œuvrer pour que la mise en place d’un nouveau territoire intercommunal se construise dans le cadre d’une démarche citoyenne sereine, constructive, collective, et non, comme aujourd’hui, dans l’affrontement partisan calqué sur les oppositions nationales des partis.

Depuis un an dans l’opposition, en tant qu’élus de Malakoff Plurielle, Fabien Chébaut, Frédérique Perrotte et moi-même, nous avons montré, grâce au soutien de notre collectif citoyen, notre capacité à être force de proposition, à jouer le rôle d’opposition constructive que nous nous étions engagés à tenir.

Aujourd’hui, je m’engage à continuer de porter le projet et les valeurs démocratiques de Malakoff Plurielle, afin de répondre au mieux aux préoccupations des habitants.

Nous prenons donc acte de l’élection de Madame Jacqueline Belhomme. Nous tenons à rappeler que nous avions anticipé ce changement en cours de mandat, tradition à Malakoff que nous avions dénoncée pendant la campagne.

Malakoff Plurielle continuera toutefois à jouer son rôle d’alerte et de controverse, comme il l’a fait depuis avril 2014, de manière constructive et ouverte, sans déroger à ses valeurs ni aux objectifs inscrits dans son projet.

 

À plusieurs reprises, Emmanuelle Jannès s’est faite sifflée par une partie de l’assistance, probablement hermétique aux idées de changement, de transparence, et d’une participation active au Grand Paris. Suite à ces protestations et chahuts, Emmanuelle Jannès a tenu à rappeler que Malakoff avait encore beaucoup à faire pour développer la démocratie et le vivre ensemble…

Post Navigation

%d blogueurs aiment cette page :