MALAKOFF PLURIELLE

>> Journal Mp – Article

Plus de sécurité, de solidarité et de civisme

Améliorer notre cadre de vie c’est aussi faire en sorte de se sentir en sécurité dans les rues : non, la prévention de la délinquance n’est pas à remettre dans les seules mains de la police nationale comme semble le penser la majorité municipale. C’est aussi l’affaire de tous et nous pensons qu’une police municipale aurait toute sa place dans notre ville où les agressions progressent, tout comme les actions pédagogiques (y compris dans le cadre scolaire) visant à développer les comportements civiques. Dans le même ordre d’idées, nous souhaitons que la sécurité routière soit inscrite dans les priorités municipales : les accidents graves se multiplient ! Le développement des voies de circulation mixte (auto, vélos, piétons) est essentiel, notamment pour une prise en compte accrue du handicap, faciliter la vie des personnes à mobilité réduite qui peinent à circuler de manière autonome dans notre ville et répondre à une demande très forte des habitants de plus en plus nombreux ou de pratiquer les modes doux, par choix ou nécessité, faute de pouvoir disposer d’une voiture !

La solidarité, c’est aussi accueillir dignement, ici à Malakoff, les familles et jeunes isolés qui quittent leur pays, les former, les accompagner dans leur désir d’intégration et en faire une nouvelle chance pour notre territoire. Plusieurs membres de Malakoff Plurielle sont engagés dans des actions solidaires d’accueil des réfugiés, aux côtés de nombreux citoyens, et s’organisent pour relayer les besoins des associations mobilisées auprès des politiques concernés: municipalité, parlement, département, région.

Migrants à Porte de la Chapelle

Pour une ville vivante dans un territoire attractif et durable

En tant que représentante de l’opposition à la Commission Commerce, Emmanuelle Jannès attend les effets de quelques promesses de progrès à la fois pour développer le commerce de proximité et en matière de transparence : le Sud de la ville rénové devrait voir arriver de nouveaux commerces autour de nouveaux équipements culturels et d’entreprises. En attendant, une action de court terme devrait permettre de clarifier l’articulation entre les services municipaux et le manager du commerce : les dossiers de demande de local commercial, jusque-là soumis au seul manageur du commerce, devraient désormais être examinés en commission ; nous attendons ce progrès avec impatience !

Par ailleurs, face aux faibles investissements de l’ancienne intercommunalité dans la vie économique, on peut espérer que Vallée Sud Grand Paris sera désormais une nouvelle opportunité pour développer l’accueil des entreprises et des associations sur notre territoire. Le choix de la ville de recruter un responsable municipal du développement économique pour une activité qui n’est théoriquement plus de sa compétence est à examiner de près : comment son action s’articulera-t’elle avec celle du manager du commerce ? Quel sera son programme d’actions exact ? Nous déplorons de n’avoir toujours pas reçu le profil de poste ni le curriculum vitae malgré nos demandes : ce poste important réclame de l’expérience pour faire le lien avec les entreprises du territoire et les structures en place pour développer l’emploi des jeunes de Malakoff. Certains de nos membres, dirigeants d’associations, entrepreneurs sont prêts à accompagner des initiatives municipales qui iraient dans le bon sens, mais cet emploi doit s’accompagner d’actions concrètes visibles à court terme.

Nous soutenons par exemple l’ouverture prochaine d’une ressourcerie à Malakoff ; c’était une de nos propositions en 2014, relayée depuis par les habitants. Mais nous souhaitons que cette initiative municipale soit rapidement ouverte à l’ensemble du territoire pour favoriser le recyclage d’objets, lutter contre le gaspillage et développer les circuits courts à une échelle qui dépasse la commune, pour accroître la rentabilité du projet et lui faire bénéficier d’aides plus conséquentes (et en assurer ainsi la pérennité).

De même, l’ouverture d’un café associatif, attendue depuis de nombreuses années, est soutenue par notre collectif. L’appui municipal aura mis des années, poussé par la consultation publique de l’été dernier mais ce projet citoyen émerge enfin. Nous lui souhaitons longue vie et souhaitons que de nombreux habitants participent à son organisation, ses activités ou simplement viennent y boire un verre dès qu’il aura ouvert ses portes d’ici quelques mois ou quelques années.

Mais nous souhaitons que cette initiative soit aussi l’occasion de réaliser un prototype de plateforme collaborative et solidaire !

Innover pour accompagner les familles

Avec notre députée Laurianne Rossi, Malakoff plurielle compte bien poursuivre son action de soutien aux mouvements favorisant la co-éducation au travers des partenariats parents et professionnels, en lien avec les associations du secteur. Nous avons en effet eu l’occasion de collaborer avec notre ex députée, Julie Sommaruga, qui s’est fortement engagée durant son mandat pour faire progresser la politique en faveur de la formation des enseignants, du remplacement des postes vacants et du partage de l’éducation entre parents et professionnels. On notera en particulier son soutien au week-end de rentrée de vivonsensemble.fr qui œuvre pour démocratiser les outils de pédagogie innovante pour faire régresser les incivilités et renforcer les liens à l’école comme à la maison.

Nous nous engageons à demander à la majorité municipale de réaliser un espace parents, à l’instar des communes de Vanves et de Châtillon. Un tel espace permettrait d’être plus à l’écoute des problématiques des familles, notamment en proposant des aides logistiques, administratives et financières pour les familles n’ayant pas de mode de garde. Une démarche attendue par les familles et les professionnels car l’espace parents de Guynemer domicilié à Châtillon, accueille 10 % de malakoffiots et draine des partenariats départementaux comme celui des PMI de Malakoff.

Espace Enfant Parents à Guynemer

En outre, à l’heure où les orientations du ministère de l’éducation nationale prévoient de réorganiser le planning des collégiens (moins de vacances d’été au profit d’un allégement des horaires hebdomadaires), il est urgent de proposer des alternatives au confinement au domicile des jeunes face aux écrans, afin de leur permettre de s’ouvrir aux richesses de la société civile. Cela implique notamment d’étendre les horaires d’ouverture de la médiathèque, de créer des espaces ouverts pour les jeunes afin qu’ils puissent découvrir des activités accessibles et variées en s’appuyant davantage sur le tissu associatif. Nos demandes sur ce plan ont été entendues : pour la première fois cette année, les associations ont été davantage impliquées dans les NAP ; les fêtes de quartiers sont élaborées de manière participative. Nous regrettons cependant que l’investissement traditionnel de Malakoff sur les questions éducatives semble se ralentir au profit d’autres actions.

Malakoff Plurielle, forte de son engagement citoyen poursuivra son soutien aux initiatives en faveur de l’éducation et des familles

Pour un été culturel

Depuis 2014, notre collectif réclame des activités tout l’été pour les familles qui ne partent pas en vacances. Cette année, le relai de ces demandes au travers de la concertation Malakoff et Moi permet de mieux informer les familles des activités existantes et d’ouvrir plus largement certaines activités (sorties), nous approuvons ! Cependant, il n’est toujours pas prévu d’ouvrir le cinéma Marcel Pagnol l’été pour organiser, par exemple, des rétrospectives sur des cinéastes ou des genres cinématographiques ; dommage. L’organisation de la fête de la ville sur cinq jours au lieu de deux est également intéressante ; nous n’en sommes pas encore à la réalisation du festival à thème que nous appelons de nos vœux (festival du cinéma engagé ou autre), mais c’est un bon début. Nous ferons donc le
bilan de cette opération, notamment sur l’attractivité de la ville pendant cette période.

Cinéma Marcel Pagnol, fermé en été.

Renforcer les associations et dynamiser les quartiers

L’opération « Malakoff et moi » a permis de confirmer les nombreuses demandes relayées depuis longtemps par les citoyens déjà engagés dans la vie de la commune.

Cependant, le choix a été de l’organiser avec un prestataire extérieur à la ville à grand frais, en faisant fi de l’existant.

De plus, les citoyens déjà engagés des conseils de quartiers ou des associations ont été initialement écartés du processus, malgré nos sollicitations plurielles au cours de cette démarche, sans parler d’une proposition émanant d’un jeune collectif d’associations qui a tenté en vain d’être à minima intégré dans la grande restitution. Nous voulons dire, au nom des nombreux citoyens écartés de cette démarche, notre profonde déception. Depuis des décennies des bénévoles s’impliquent au service de la population. Pour une fois qu’un travail qui se voulait collectif a été opéré, aboutissant à des propositions concrètes, nous déplorons que Malakoff et Moi ait été construit de manière totalement déconnectée des structures participatives et citoyennes existantes malgré leurs demandes. Être bénévole au sein d’un conseil de quartier ou d’une association demande un minimum de soutien, de reconnaissance et aussi un certain renouvellement.

A l’heure où les conseils de quartiers semblent s’essouffler et où bon nombre d’associations sont fragilisées, nous constatons encore aujourd’hui une articulation difficile entre tous les acteurs de la citoyenneté : la démocratie participative progresse mais il reste encore du chemin à parcourir ! C’est pourquoi nous poursuivrons notre soutien au Conseil de la Vie Associative dans son action pour organiser des synergies positives et encourager les partenariats entre ces structures.

Nous saluons d’ailleurs le lancement d’une liste de diffusion pour les associations (uniondesassociationsmalakoffiottes@googlegroups.com); nous invitons toutes les associations intéressées à rejoindre ce groupe de discussion.

Débattons en Conseil de quartier !

Par ailleurs, les membres de Malakoff Plurielle ont participé à plusieurs conseils de quartiers de la ville afin d’apporter leur contribution aux évolutions nécessaires souhaitées par les habitants. Plusieurs dossiers sont portés par ces conseils comme les nuisances du TGV, des travaux du Grand Paris, ou la gestion de la place du 11 novembre. Nous nous félicitons des avancées et, notamment, de l’organisation d’une réunion en juin 2017 sur les incivilités et les problèmes de sécurité sur la place de la mairie. Cependant, force est de constater que la ville n’accorde que peu d’importance à ces collectifs de citoyens : ils n’ont pas été sollicités dans le cadre de Malakoff et Moi, ce qui a été souligné lors du dernier collectif inter-quartiers du 26 janvier dernier et les compte-rendus de ces réunions sur le site de la ville de Malakoff ne sont guère mis à jour, certains datant même de 2015 voire 2014. Nous portons aussi l’idée d’un budget participatif géré par ces conseils, ce qui permettrait aux habitants de décider concrètement d’actions dans leurs quartiers, de redynamiser et de créer du lien social au sein de ces collectifs

Malakoff est en marche !

Malakoff Plurielle s’est créé à l’initiative de citoyens non encartés mais très impliqués et concernés par leur ville et désireux de reprendre en main les problématiques locales délaissées par la municipalité. Aussi, quand le mouvement En Marche ! s’est créé, bon nombre d’entre nous se sont reconnus dans l’approche non partisane de ce mouvement frère : cette démarche était comme un miroir, un écho à l’échelle nationale, à notre engagement local.

Malakoff Plurielle a ainsi été renforcé dans sa volonté de sortir des schémas classiques stériles et obsolètes en constatant que cette envie était largement partagée à l’échelle nationale.

Élection de Laurianne Rossi, député de Hauts-de-Seine, le 18 juin 2017.

Pour les élections présidentielles, les soutiens de notre collectif à En Marche ont d’abord été individuels. Puis, la montée des partis extrémistes et anti européens nous a convaincu d’apporter un soutien officiel et massif à « En Marche ! », par un investissement total de notre collectif dans la bataille qui se jouait. Dès le premier tour des élections présidentielles, puis pour les législatives, nos adhérents se sont pleinement mobilisés, tout comme notre représentante au conseil municipal. Notre objectif était de garantir une majorité au Président Macron à l’Assemblée Nationale, mais aussi de porter nos valeurs citoyennes, écologiques, européenne, à l’échelle de la circonscription (Malakoff, Montrouge, Bagneux). Cette collaboration avec En Marche ! s’est avérée riche et fructueuse et nous sommes fiers d’avoir contribué, avec les collectifs « En Marche! » des trois villes, à l’élection de notre nouvelle députée, Laurianne Rossi et de son suppléant François Lecointe.

Aujourd’hui plus déterminés qu’hier, nous y avons gagné un plein d’énergie et d’espoir pour poursuivre notre action avec « La République En Marche » et porter ensemble un projet de renouvellement démocratique aux prochaines élections municipales dans notre ville et dans des villes voisines.

 

 

La version électronique du numéro 4  du « Journal Malakoff Plurielle »  est ICI.

Une ville verte et propre

Malakoff n'est pas une poubelleLe cadre de vie, c’est aussi une ville moins polluée, propre, plus verte, où l’on mange sainement, bref où il fait bon vivre. Malakoff Plurielle est engagé au travers de ses membres dans des projets de développement durable et les instances de la ville : par son action, les marchés publics de la ville prennent davantage en compte cette dimension (bio dans les cantines, sélection des prestataires les plus respectueux de l’environnement, etc). Nous suivons également avec intérêt le projet de ferme urbaine au square Corsico que nous soutenons en tant qu’outil pédagogique. Mais nous œuvrons pour que cette initiative soit le point de départ, d’une part du développement d’une véritable agriculture urbaine pour la ville et, d’autre part, de projets individuels innovants permettant le verdissement de notre ville (notamment avec l’appui de la prochaine charte de végétalisation) et une ville plus saine. Dans ce cadre, nous souhaitons que la ville travaille avec ses voisines (Paris en tête) pour réduire les pollutions. L’impact des mesures (positives pour les parisiens) de fermeture des voies sur berge sur notre ville n’est pas neutre : il  est  essentiel  de  travailler  de  concert  pour  réduire  la pollution due à la circulation automobile en développant les modes doux et collectifs tout en suscitant des comportements vertueux des habitants.

Nous avons par ailleurs dénoncé à plusieurs reprises les problèmes de dépôts sauvages, d’encrassement des trottoirs (déjections  canines,  non  utilisation  des  corbeilles, etc.). Malakoff et moi a permis de donner encore plus d’échos à la demande des habitants de vivre dans une ville plus propre. L’initiative municipale de la journée citoyenne de la propreté a été un succès que nous saluons, bon nombre de nos membres y ont participé activement. Mais il est essentiel d’aller  au-delà  de  cette opération  de  communication  en inscrivant l’engagement municipal dans ce domaine dans la durée, en concertation avec les autres villes du Territoire Vallée Sud Grand Paris. En effet, la mise en place du nouveau marché territoriale de traitement des ordures ménagères a pour conséquence de laisser les poubelles dans la rue toute la journée, y compris près des commerce de bouche, les jours de ramassage et même en dehors des  créneaux prévus. Il importe donc pour les pouvoir publics de régler ce problème essentiel (en alternant par exemple avec d’autres villes pour que le ramassage ne se fasse pas toujours le soir à Malakoff), en même temps que l’on sensibilise la population.

Désenclaver le Sud de la ville

Rond-point Barbusse

Nous l’avons souligné dans notre programme : il faut désenclaver le Sud de la ville et revoir l’aménagement du rond-point Barbusse pour en faire un lieu de vie à part entière, avec des commerces dynamiques, des activités pour les jeunes.

Pour nous, les  conditions essentielles à la réussite de ce projet passent par le développement des pistes cyclables et des circulations piétonnes confortables, pour  répondre  aux  besoins  d’une  population  de  plus en plus désireuse et pratiquante  du vélo (et qui s’est largement exprimée en ce sens lors des débats organisés par la mairie) et pour donner envie aux habitants du quartier et des alentours de se rendre aux commerces de proximité. Elles passent également par la conception d’un urbanisme respectueux de l’habitat et des volumes existants, loin des constructions disproportionnées et intrusives qui ont pu être la marque de fabrique de notre ville.

Pour ces raisons notamment, nous portons, avec un grand nombre d’habitants, le projet d’un réaménagement de la rue Avaulée en sens unique. Une cohérence avec les activités économiques à naître autour de la future gare du Grand Paris à Clamart est à établir, des voies de circulation harmonieuses, douces et efficaces en direction du centre- ville (réaménagement de la rue Avaulée et du boulevard Colonel Fabien) sont à réaliser. La municipalité a écouté nos demandes, relayées par la suite par la population au travers de la consultation publique Malakoff et moi.

 

 

Nous portons aujourd’hui vos demandes dans les ateliers mis en place par la municipalité pour que le Sud de la ville ne se sente plus à l’abandon.

Lutte contre les nuisances sonores

Malakoff  Plurielle  soutient  le  collectif  de  riverains contre les nuisances du TGV et a contribué à sa création.

Notre élue a notamment déclenché la première réunion avec le sous-préfet en présence des représentants de la SNCF, d’élus de Vanves et Malakoff, et de notre ex- députée Julie Sommaruga. Depuis, un observatoire du bruit a été mis en place et la construction d’un mur de protection au niveau du fameux signal 503 a été inscrit au schéma régional ; la construction du mur de protection le long de la ligne Transilien Vanves/Malakoff, prévue de longue date, est enfin programmée. Nous continuerons, avec d’autres élus de tous bords, unis pour une fois, de soutenir les riverains dans ce combat qui promet de durer de nombreuses années.

Crédit Photo: journal « le Parisien »

Respect de l’identité des quartiers

Sensible au maintien d’une diversité sociale et urbaine qui fait la spécificité et le charme de notre ville, Malakoff Plurielle est intervenu comme conseil et soutien aux associations de riverains qui se sont multipliées ces dernières années (A la porte de Malakoff, rue Alexis Martin, Villa Léger) comme ses membres avaient l’habitude de le faire bien avant cette mandature (cf. Mon îlot,  les Amis de Nicomédès…), pour veiller à ce que la métamorphose des quartiers due à l’incontournable pression immobilière se fasse dans le respect de l’identité de la ville et du cadre de vie. Notre ville bouge, c’est inévitable et aussi une chance ; mais nous voulons passer d’une concertation « forcée » par des riverains mobilisés à une concertation « choisie » par la municipalité !

De fait, notre nouvelle maire s’est engagée à partir de cette année à consulter les habitants en amont de l’élaboration des projets, y compris lorsque des promoteurs privés investissent la ville pour transformer à grande vitesse nos quartiers. Nous ne pouvons donc qu’adhérer à l’initiative de création d’une charte des promoteurs mais exigeons une équité de tous les malakoffiots concernés par les projets d’urbanisation. Nous nous devons cependant de noter notre surprise quant aux modalités de la consultation publique qui a fait suite à la réunion de lancement de la réflexion sur cette charte : mise en ligne d’une enquête très difficile d’accès, publicité très discrète dans le journal de la ville Malakoff Infos avec, au final une participation anecdotique de la population. Dommage ! Voyons comment seront prises en compte les demandes exprimées par les riverains les plus tenaces; demandes et questions qui ont – il faut le souligner- disparues du site de la ville.

Par ailleurs, le PLU a été l’occasion d’organiser une large consultation. Si nous avons salué l’organisation de cette dernière, nous avons cependant regretté le manque d’ambition écologique de ce PLU qui ne va pas au-delà des obligations légales en matière environnementale.  Une  occasion  unique  manquée de démarquer notre ville et d’en faire un modèle écologique pour la petite ceinture. Dommage encore ! Malakoff aurait pu être un moteur dans le cadre du PLUi (les PLU fusionnés au sein du territoire Vallée Sud Grand Paris) !

Malakoff  appartient  désormais  au territoire  «Vallée Sud Grand Paris», qui regroupe les 11 communes  du Sud des hauts-de-Seine. Il a absorbé notre ancienne intercommunalité  Sud de Seine en janvier 2015.

%d blogueurs aiment cette page :